Nouveauté !

Ça fait longtemps que j’y pense, et j’ai décidé de me lancer. J’ai envie de créer une nouvelle facette à ce blog pour aider à ouvrir les portes du marché du travail à ceux qui s’y intéressent de près ou de loin. Ces articles seront sous la forme d’un portrait d’emploi. Ce seront tous de vrais témoignages, teintés de la personnalité de chacune des personnes qui prendront le temps de me parler de leur expérience sur le marché du travail. Certaines de celles-ci décideront de le faire de façon anonyme afin de préserver leur identité, je changerai donc leur nom et l’indiquerai dans l’article, par respect pour celles-ci.

C’est peut-être parce que j’étudie dans le domaine que je remarque de plus en plus que bien des jeunes (et moins jeunes) ne connaissent pas grand chose sur les débouchés de carrière, le chemin scolaire pour s’y rendre, les compétences requises, etc. Au terme de leur secondaire, on leur demande de choisir un programme, parfois avec très peu de ressources et beaucoup de pression venant de partout (parents, professeurs, établissement scolaire, société,etc.) Tout revient toujours au fameux choix et de la date fatidique du 1er mars. Plus le temps avance, plus le jeune angoisse. Dans certains cas où la réussite scolaire est plus difficile, le jeune n’a pas nécessairement une illumination soudaine et un désir ardent d’intégrer un établissement collégial. Il n’aime pas l’école. De plus, ce choix est d’autant plus difficile quand on leur demande de se projeter dans le futur, défi quasi impossible pour ces adolescents qui ont la caractéristique psychologique de vivre dans le présent (#yolo).  Sachant tout cela, la clientèle adolescente me tient à cœur et même si je ne pratique pas encore,  j’ai envie de faire quelque chose. J’ai déjà été là. J’ai déjà vécu l’incertitude. J’ai la conviction que si on m’avait mieux informée j’aurais pu faire un choix plus éclairé sur mon avenir.

Je souhaite donc ouvrir les yeux à tous ceux qui se trouvent perdus. Être mélangé, c’est normal. Il existe une multitude de métiers qui ne nécessitent pas nécessairement des études, qui peuvent être atteints par des moyens alternatifs. D’autres qui demandent de l’assiduité à l’école et un parcours sans faute. Des métiers, il y en a pour toutes les compétences, toutes les personnalités. Mon but : je souhaite que quelqu’un décide d’en apprendre davantage sur un métier en lisant un billet.

Bonne lecture 🙂

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « Nouveauté ! »

  1. Excellente idée! Je m’en fait également témoin: dans le cadre de mon travail, je vois trop souvent de gens plus âgés (lire ici entre 35 et 60 ans) qui, n’étant pas passé par un processus de réflexion ou d’orientation dans leur jeunesse, se sont retrouvés à occuper des “p’tites jobines” toute leur vie et se retrouvent complètement démunis, perdus et parfois même désespérés lorsque ce n’est plus une possibilité pour eux (dans le cas qui m’occupe, il s’agit de problèmes de santé physique et mentale, mais toutes les raisons sont bonnes). Les questions qu’on me pose tournent toujours autour des mêmes sujets: est-ce que je devrais retourner à l’école? J’ai pas de diplôme, qu’est-ce que je peux faire? C’est quoi les possibilités qui s’offrent à moi? Comment je fais pour savoir ce que pourrais faire? Où est-ce que je peux chercher ça? Oui mais les employeurs, ils veulent quoi, dans la vraie vie…?
    Pourtant, avec l’aide du gouvernement, ces gens-là sont loin d’être laissés à eux-mêmes. Le problème, c’est qu’on leur “garoche” tout ça, tout comme on peut “garocher” les jeunes dans les cégeps sans qu’ils sachent ce qu’ils veulent vraiment faire (ce sont d’ailleurs parfois ces-mêmes jeunes là qui se retrouvent dans cette situation). C’est simple: si tu ne prend pas un moment pour penser à ton avenir et à ce que tu veux réellement faire dans ta jeunesse, tu vas finir par recevoir le “slingshot” dans le visage à un moment ou à un autre. Les questions auxquelles je dois répondre dans le cadre de mon travail pourraient pourtant se répondre d’elles-mêmes si on mettait un tant soit peu l’accent là-dessus au primaire et au secondaire. Les cours d’éducation au choix de carrière, bien qu’ayant des lacunes, n’étaient pas là pour faire joli… ils sont essentiels! Ne serait-ce que pour outiller les jeunes à entamer la réflexion… pas pour la faire à leur place! Que ça prenne une journée ou trois ans faire ton choix, t’auras au moins la certitude que tu y auras pensé de la bonne façon et que tu te seras informé aux bons endroits et avec des faits, pas avec des ouï-dires, ou parce que mononcle fait ça dans vie…
    Tout ça pour dire que je trouve que ton idée est très pertinente de nos jours, où les jeunes peuvent parfois manquer de modèles et où l’information afflue de partout. La réalité du marché du travail, dite par de vrais travailleurs. C’est ça que les jeunes (et moins jeunes) ont besoin d’entendre!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s